Vous êtes ici : Cyclos Randos Nancéiens » Actualités » • Lapalissades (22 juillet)

• Lapalissades (22 juillet)

Les Belges ayant boudé le 14 juillet, et très amers d’avoir été battus par les Français en demi-finale du Mondial, ils ont célébré hier leur fête nationale. Avec une semaine de retard !
Dix pédaleurs dans la pampa, c’est moins que certaines fois et plus que d’autres : nous n’étions donc ce matin ni plus ni moins que le nombre que nous étions. Mais animés d’une belle ardeur, si bien que malgré la distance (106 km) et le dénivelé (1140 m) nous sommes rentrés dans les temps.
Si nous avions lambiné, nous serions arrivés plus tard.
Et si Gégé et Amico avaient effectué le parcours complet, nous serions rentrés tous ensemble. Un 10/10 de raté, la faute à ces deux bonnets d’âne.
Les plus ou moins jeunes actifs (Guillaume L., Michel, Christophe, Pierre) et le jeune retraité (Gaby) ont consenti à emmener dans leurs roues les retraités moins jeunes (Patrick et moi) ainsi qu’un vieil actif (Franck). On peut donc dire que nous avons roulé ensemble. Dans le cas contraire, nous aurions roulé séparément. Et l’un des deux groupes serait allé moins vite que l’autre. Lequel, nul ne peut le dire.
Mais notez que le plus souvent, nous sommes allés plus vite en descente qu’en montée.
Et inversement.
Sauf quand je suis allé chercher un GPM à toute allure. Mais sans que personne s’en aperçoive. Ce qui est un peu décevant.
Nous avons eu une bonne pensée pour les artistes du verre en passant par Vannes-le-Châtel, et une pensée moins chrétienne pour l’abominable curé d’Uruffe.
Enivrés par la vitesse, exhibant nos gros braquets, nous avons plongé sur Blénod, rageurs  … là, faut chercher, le jeu de mots est retors. Pas à la portée de Toul l’monde. Encore qu’avec un don germant on puisse piger, comme dirait mon cousin germain (désolé).
Nous avons terminé par la fin, la preuve que nous n’avons pas effectué le parcours à l’envers. La fin, ce fut une remontée végane sur Champ-le-Boeuf. Les animaux sont nos amis. Pas comme les motards !
Le mois de juillet 2018 comportant 5 dimanches, celui-ci n’était donc pas le dernier du mois :
tous à vos biclous dimanche prochain, bande d’estivants ! Mauvais Français, majorettes, glandeurs, tire-au-flanc, deux-de-tension ! Vous êtes crevés ? Eh bien, réparez… pendant qu’il est encore temps.
Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.