Vous êtes ici : Cyclos Randos Nancéiens » Actualités » • Frangipane et crachin (4 février)

• Frangipane et crachin (4 février)

On ouvre la porte, il y a de la lumière, on file au rendez-vous : I4 pédaleurs ont le soleil dans les yeux, et s’en réjouissent. Puis bien vite, la lumière s’éteint. Le ciel se couvre, il fait sec encore, le moral tient bon. La campagne est gelée, Les pédaleurs résistent au froid en tournant les jambes avec ardeur. Hélas, Cri-cri crève. Le froid en profite, il s’infiltre. Vivement qu’on reparte !
C’est bon, on remonte en selle, les transis transitent jusqu’à Dombasle. Un coup d’oeil au passage sur les enseignes : « Les Délices de Suzette », ça promet, puis la boulangerie « Aux plaisirs des sens », ça réchauffe. On évite « Les Délices de Marine », ce n’est pas plus mal. On cultive le goût des mots à Dombasle : un hommage à l’écrivain du lieu, Philippe Claudel ?
S’ouvre ensuite la longue séquence du crachin neigeux, qui blanchit les champs et mouille les maillots. Ceux qui sont restés au chaud ont une bonne pensée pour nous : on en ressent l’effet revigorant. Certains pédaleurs sautent la pause, histoire de ne pas congeler, d’autres prendront un court raccourci, tandis que les vaillants vaille que vaille voleront de bosse en bosse, un peu humides mais contents !
La veille, c’était la Galette du club : un beau discours de notre nouveau président, plein d’humour et riche en attentions pour les dévoués élus du bureau précédent, et pour les plus chevronnés du club, Joseph et Georges (qui était présent) ; puis la dégustation des galettes maison – oeuvres de Patrick Nicolas et de la Première dame (l’épouse du Président). Nous avons donc roulé à la frangipane ce matin, ce qui explique notre résistance au froid et aux intempéries.
Le Président Schwob avait aussi mis l’accent avec beaucoup de fermeté sur la sécurité, et en particulier sur le devoir de ne pas griller les feux rouges. Eh bien, que croyez-vous qu’il se passât le lendemain ? Je vois d’ici ce que les absents vont répondre… Désolé, camarades, vous avez tout faux : pour la première fois depuis un temps immémorial, pas un seul feu rouge grillé ! Pas un !
Le 4 février 2018 fera date dans l’histoire du club. Peut-être le début d’une nouvelle ère, qui sait ? Ce qui est certain, c’est que cela va dépendre de chacun d’entre nous.
Se montrer à l’avenir plus prudents et moins bas du front, ce n’est pas un mauvais défi.
Reynald
PS : dimanche prochain, je serai à nouveau à Bruxelles : quelqu’un d’autre prendra la plume.
Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.